Divorce gris : pourquoi de plus en plus de couples se séparent après 50 ans ? Une étude a la réponse

© Morning-femina.fr - Divorce gris : pourquoi de plus en plus de couples se séparent après 50 ans ? Une étude a la réponse

Consulter Masquer le sommaire

Voir deux personnes de plus de 50 ans divorcer, ce n’est plus si rare que ça, des cas comme ça se multiplient de plus en plus. Selon une étude, le phénomène devient même une tendance qui mérite qu’on s’y penche un instant. 

Couple senior

Une étude alarmante

Selon une étude menée par les chercheurs de la Bowling Green State University, les personnes de plus de 50 ans divorcent de plus en plus. En effet, les chercheurs démontrent que le taux de divorce des adultes de cette tranche d’âge a doublé en 20 ans, entre 1990 et 2010. Au point où ils estiment que le taux de divorce chez les seniors va connaître une hausse de plus de 33% d’ici à cette année, aux États-Unis. Une situation alarmante qui ne se limite pas seulement aux frontières américaines, car toutes les parties du monde semblent également touchées. Dès lors, l’Europe n’est pas épargnée par ce phénomène, car on enregistre un taux de divorce des plus de 55 ans au Royaume-Uni deux fois supérieur à la normale. On est en droit de se demander, qu’est-ce qui ne va pas ? 

À lire Tour Eiffel : une nuit de cauchemar pour 3 employés toujours sous le choc même après dix jours de l’incident

Les facteurs qui causent des divorces gris

L’étude ne s’est pas limitée à présenter le problème, car elle met également en exergue les causes de ce qu’il faut appeler les divorces gris. À en croire cette enquête, l’indépendance financière est l’une des premières causes du divorce des seniors. L’indépendance des femmes, qui tend à se généraliser à cette tranche d’âge, est un facteur de séparation. Ensuite, il faut reconnaître qu’à cet âge, la religion n’a plus la même influence, ce qui favorise les divorces, car dans la plupart des confessions, le divorce est proscrit.

Des divorces en augmentation

Cette étude américaine n’est pas une première du genre, car l’Institut national d’études démographiques (Ined) avait déjà révélé dans une étude que les divorces des seniors ont considérablement explosé. Selon l’institut : « Les divorces impliquant un homme de plus de 50 ans représentaient 17% de l’ensemble des divorces en 1996. Deux décennies plus tard, ce chiffre s’est établi à 38%. Et les femmes de plus de 50 ans suivent le même schéma, puisque les divorces les impliquant représentaient 11% des divorces en 1996, contre 29% en 2016 ».

Un phénomène observable en France

Anne Solaz précise que ce n’est pas nécessairement un phénomène de société : « Dans un contexte général de baisse de la propension à divorcer depuis les années 2000 en France, cette tendance à la hausse des divorces de seniors détonne. Elle a d’abord été mise en évidence aux Etats-Unis, mais est maintenant également bien observable en France. (…) Il est difficile à ce stade de dire s’il s’agit d’un effet propre à l’arrivée de la génération des baby-boomers à ces âges avancés, ou si la hausse se poursuivra avec les générations suivantes lorsqu’elles atteindront à leur tour 50 ans ».

Un statut de célibataire assumé

 « Plus des trois quarts des hommes (79%) et 75% des femmes étaient mariés à 50 ans parmi celles et ceux nés en 1945, tandis qu’ils n’étaient plus que 57% (hommes et femmes) parmi celles et ceux nés au milieu des années 1960. Une évolution qui s’explique par un plus grand nombre de partenaires divorcés, mais aussi – et surtout – par une plus grande part de partenaires qui n’ont jamais sauté le pas, affichant le statut de célibataire à l’état civil ». La tendance n’est clairement plus au mariage à cette tranche d’âge comme par le passé, selon l’étude.

À lire Jarry s’adresse à ses fans après l’annulation de ses spectacles et leur donne de ses nouvelles

Une grande remise en question

De nombreux couples se remettent en question, selon les chercheurs de l’Ined : « Les hommes reforment plus fréquemment un couple à tous les âges que les femmes. Ces écarts sexués se creusent avec l’avancée en âge : ils ont un quart de chances de plus qu’elles à 50 ans, trois fois plus de chances à 73 ans ».

Morning-femina.fr est édité de façon indépendante. Soutenez la rédaction en nous ajoutant dans vos favoris sur Google Actualités :