Faut-il forcer son enfant à finir son assiette ? La réponse de deux expertes

© Morning-femina.fr - Faut-il forcer son enfant à finir son assiette ? La réponse de deux expertes

Consulter Masquer le sommaire

Peu importe comment les plats que vous leur servez sont délicieux, il arrive que les enfants manquent d’appétit ou ne terminent pas leurs assiettes. Parfois, il refuse catégoriquement d’y goûter. Alexia Challan-Belval et Aurélie Grimaud-Daunizeau, autrices d’« Au secours, mon enfant ne mange rien !» nous renseignent sur ce qu’il faut faire.

Boy eating

Un phénomène généralisé !

Il ne se trouve pas un parent qui n’a pas, au moins une fois, été confronté au fait que son enfant refuse de manger ou de finir son plat. À table, des répliques comme : « finis ton assiette ! », « ne gaspille pas la nourriture », « mange ou tu seras maigre », « pas de dessert si tu n’as pas terminé ton plat ! ». Alexia Challan-Belval, psychologue, pense que : « La pression est d’abord liée au fait qu’ils veulent lui proposer des choses bonnes pour lui. Il y a aussi tout ce que cela renvoie aux parents d’avoir un enfant qui a le ventre vide et qui refuse de manger ».

À lire Whoppah : meublez et décorez votre intérieur avec le Vinted de la déco désign, la plateforme hollandaise qui connaît un succès dingue

Le repas doit rester un moment privilégié

Est-il nécessaire de contraindre votre enfant à finir le repas qui lui a été servi ? Ce n’est pas vraiment la meilleure option, car ça risque de « cristalliser des tensions autour de l’alimentation », et avoir des conséquences inimaginables. « S’il refuse de manger, plutôt que d’entrer dans le conflit et d’aggraver les choses, il vaut mieux qu’il sorte de table. (…) Si chaque repas devient un moment de conflit, cela complexifie la relation avec l’enfant », conseille Alexia Challan-Belval.

Par ailleurs, vous devez savoir pourquoi votre enfant ne termine pas son assiette. Est-ce parce qu’il n’aime pas le repas ou les aliments proposés ? Ou parce qu’il n’a simplement pas d’appétit ? Ou encore, est-ce un caprice ?

Selon la psychomotricienne Aurélie Grimaud-Daunizeau : « beaucoup de familles servent les enfants en trop grandes quantités. (…) On leur met une pression en tant que parent pour qu’ils mangent tout ce qu’on leur met dans leur assiette. Or, si on laissait un enfant se servir dans des doses raisonnables, il en prendrait peut-être moins. Les parts ne sont pas toujours très ajustées »

Faut-il le laisser prendre un dessert ?

« Si un enfant ne termine pas son assiette parce qu’il exprime clairement le fait qu’il n’a plus faim, on ne lui propose pas de dessert. (…) L’idée n’est pas de le punir s’il n’a pas fini son plat, mais on ne lui donne pas non plus de crème au chocolat. (…) Il faut que l’enfant comprenne que le plat principal du repas n’est pas le dessert. Surtout que les nutriments dont il a besoin pour être en bonne santé se trouvent dans le plat », préconise Alexia Challan-Belval.

Par contre : « Il faut aussi mesurer l’effort que fait l’enfant. S’il a mangé de la viande avec un accompagnement, qu’il a fait l’effort de goûter et de manger un peu même s’il n’aime pas, on peut lui accorder un dessert un peu plus plaisir », souligne la psychomotricienne. Car selon elle, « il ne faut pas que le dessert devienne une récompense »

À lire Vinted : cette mère de famille contracte une infection contagieuse suite à achat sur le site de seconde main

Morning-femina.fr est édité de façon indépendante. Soutenez la rédaction en nous ajoutant dans vos favoris sur Google Actualités :