Le patron de Lidl, Michel Biero, confirme que les prix ne baisseront pas sur un grand nombre d’articles courants!

En milieu du mois de juillet, le gouvernement français a promis des baisses de tarifs importantes dans les supermarchés, dans le but de redonner du pouvoir d'achat aux citoyens.

© Morning-femina.fr - Le patron de Lidl, Michel Biero, confirme que les prix ne baisseront pas sur un grand nombre d’articles courants!

Consulter Masquer le sommaire

Cependant, Michel Biero, le directeur exécutif achats et marketing de Lidl France, a déclaré que ces baisses de prix ne seraient pas possibles. Malgré les appels du gouvernement aux grands industriels pour réduire rapidement leurs prix, les résultats sont peu convaincants. 

Les difficultés de la baisse des prix

Le gouvernement a multiplié les rencontres avec les distributeurs et les industriels afin de les encourager à baisser les prix. L’objectif était d’améliorer le pouvoir d’achat des Français, mais très peu d’industriels ont accepté de mettre en œuvre ces accords. Michel-Edouard Leclerc, patron d’E. Leclerc, a même annoncé que les prix allaient « augmenter moins vite ». Les perspectives d’une baisse généralisée des prix dans les supermarchés semblent donc peu prometteuses.

L’équilibre fragile des coûts et des salaires

Les distributeurs doivent faire face à l’inflation et trouver des stratégies pour maintenir leur compétitivité. Lidl a perdu 4 points de marge en 2022, principalement en raison de sa stratégie de baisse de prix. Malgré cela, la marque prévoit une perspective similaire pour 2023. Michel Biero explique : « On a baissé nos prix entre 8 et 10 % depuis le printemps ». Lidl mise sur son image de hard-discounter pour attirer de nouveaux clients, mais la réalité des coûts et des salaires rend difficile la mise en place de baisses significatives.

À lire Lidl: fini les serviettes toujours humides avec cette nouvelle gamme innovante qui n’est jamais mouillée

La flexibilité de Lidl face aux négociations

Lidl peut ajuster les prix en continu lors des négociations grâce à sa grande proportion de produits de marques de distributeurs (MDD), qui représentent 90 % de ses rayons. Cependant, les produits de grandes marques dépendent d’accords conclus avec les fournisseurs de l’agro-industrie, ce qui limite la marge de manœuvre de l’enseigne. Ces accords ont été conclus en mars dernier, ce qui signifie que Lidl ne peut pas réaliser de baisses drastiques sur ces produits.

La déception des clients

Les consommateurs ne voient pas de baisse significative malgré les promesses du gouvernement. Les clients de Lidl sont déçus, car ce mois de juillet était censé être un « juillet vert » avec des prix revus à la baisse. Pourtant, rien ne semble changer. Certains clients témoignent que les prix continuent d’augmenter, et la différence n’est pas perceptible pour eux.

Perspectives d’avenir incertaines

La situation actuelle soulève des interrogations quant à l’avenir des baisses de prix dans les supermarchés français. L’évolution de l’inflation et des coûts de production rend difficile la réalisation d’une baisse généralisée des tarifs. Les attentes des clients restent élevées, mais il est essentiel de comprendre les défis auxquels les enseignes de distribution font face pour répondre à ces demandes.

La nécessité de trouver des solutions

Face à cette situation complexe, les acteurs de l’industrie de la distribution doivent continuer à chercher des stratégies pour maintenir leur compétitivité tout en répondant aux attentes des consommateurs. Le pouvoir d’achat des citoyens reste une préoccupation importante, et il est essentiel que les distributeurs trouvent des solutions pour atténuer les effets de l’inflation sur les prix des produits de consommation courante.

Morning-femina.fr est édité de façon indépendante. Soutenez la rédaction en nous ajoutant dans vos favoris sur Google Actualités :