9.7 C
Paris
mardi 21 mars 2023
NewsLes meilleures mini-séries de Netflix, selon les critiques

Les meilleures mini-séries de Netflix, selon les critiques

La plateforme Netflix ne cesse d’impressionner par la qualité des fictions qu’elle propose à ses abonnés. Entre celles qui accumulent plusieurs saisons et celles qui créent la surprise en seulement un volet, zoom sur le florilège des meilleures mini-séries de Netflix, selon les critiques.

Les meilleures mini-séries de Netflix, selon les critiques

  1. Le Serpent

Score sur Rotten Tomatoes : 68 %.

C’est l’histoire vraie d’un tueur en série Charles Sobrhaj, connu pour tuer des voyageurs occidentaux sur une route touristique entre l’Europe et l’Asie. Le Serpent, une coproduction entre Netflix et la BBC. 

  1. Godless

Score sur Rotten Tomatoes : 85 %.

Avec Michelle Dockery (Downton Abbey) et Merritt Wever (Nurse Jackie), il s’agit d’un western féministe sur une communauté de femmes qui doivent se défendre contre la menace d’un hors-la-loi et de son gang. 

  1. Maniac

Score sur Rotten Tomatoes : 85 %.

L’une des séries les plus brillantes de Netflix, avec Emma Stone (La La Land) et Jonah Hill. Une offre de science-fiction sur l’amitié d’une femme et d’un homme impliqués dans un étrange projet scientifique. 

  1. The Spy

Score sur Rotten Tomatoes : 86 %.

Sacha Baron Cohen se glisse dans la peau de l’espion israélien Eli Cohen, personnage réel. La série est réalisée par le créateur de la série originale Homeland, Gideon Raff. 

  1. Tiger King

Score sur Rotten Tomatoes : 86 %.

La critique a été bluffée par ce documentaire, qui est par ailleurs l’un des plus visionnés sur Netflix, et un favori de la critique. Il suit les mésaventures de Joe Exotic, propriétaire de l’un des zoos privés les plus célèbres des États-Unis.

  1. The Haunting Of Hill House Et The Haunting Of Bly Manor

Score sur Rotten Tomatoes : 93 et 87 %.

Ces deux mini-séries forment en réalité une seule et même série. La première, The Haunting of Hill House, est une mini-série dans le genre de la maison hantée et la deuxième, The Haunting of Bly Manor, est un hommage à l’horreur gothique sous la forme d’un mélodrame de personnages. 

  1. Sermons De Minuit

Score sur Rotten Tomatoes : 89 %.

Mike Flanagan, créateur de The Haunting of Hill House et The Haunting of Bly Manor, a également produit pour Netflix ces Sermons de minuit, mini-série d’horreur qui explorent les liens entre religion et populisme.

  1. Ne T’éloigne Pas

Score sur Rotten Tomatoes : 89 %.

Basé sur le roman de Harlan Coben, l’un des auteurs les plus adaptés de Netflix, la série se penche sur trois personnages dont la vie va être bouleversée par un personnage surgi de leur passé.

  1. Maid

Score sur Rotten Tomatoes : 93 %.

Netflix a connu de beaux succès avec les héroïnes du Jeu de la Dame et d’Unorthodox. On peut y ajouter Maid, une série réaliste, sur la précarité et les violences sexistes, qui met en scène une jeune mère qui quitte son compagnon.

  1. Unorthodox

Score sur Rotten Tomatoes : 94 %.

Le plus grand phénomène de mini-série de Netflix à ce jour, sur une jeune fille juive qui quitte la communauté ultra-orthodoxe dans laquelle elle a grandi, à New York. Basé sur les mémoires de l’écrivain Deborah Feldman. 

  1. Flint Town

Score sur Rotten Tomatoes : 95  %.

Parmi les meilleures mini-séries sur Netflix, selon les critiques, celle-ci occupe également une position exceptionnelle. Il s’agit d’un documentaire qui s’intéresse à la vie quotidienne des policiers de Flint, dans le Michigan, qui doivent faire leur travail dans des conditions insoutenables. 

  1. Bobby Kennedy For President

Score sur Rotten Tomatoes : 95  %.

Ce documentaire examine l’un des épisodes les plus sombres de la chronique noire américaine : l’assassinat de Bobby Kennedy lors d’un événement de la campagne présidentielle pour laquelle il se présentait, et la marque qu’il a laissée aux États-Unis. 

  1. Dans Leur Regard

Score sur Rotten Tomatoes : 96 %.

La réalisatrice Ava DuVernay (Selma) adopte une perspective sociale et raciale sur l’affaire de la joggeuse de Central Park et des “Central Park Five”, des adolescents noirs et latinos qui ont été condamnés pour un crime qu’ils n’ont pas commis dans le New York des années 1980. 

  1. Cheer

Score sur Rotten Tomatoes : 96 %.

C’est l’un des meilleurs documentaires que vous pouvez regarder sur Netflix, sur une équipe de cheerleaders et de pom-pom girls, qui, croyez-le ou non, existe encore aujourd’hui. 

  1. The Keepers

Score sur Rotten Tomatoes : 97 %.

Si vous aimez les documentaires Netflix sur les meurtres, vous ne pouvez pas manquer celui-ci, qui traite du meurtre de Catherine Cesnik, une jeune religieuse qui a pris position contre les crimes commis autour d’une église de Baltimore. 

  1. Wild Wild Country

Score sur Rotten Tomatoes : 98 %.

Il y a peu de choses que nous pouvons vous dire que vous ne sachiez pas déjà. Ce documentaire sur l’arrivée de la secte des Rajneeshees aux États-Unis dans les années 80 est l’une des choses les plus folles et les plus addictives que Netflix ait jamais produites. 

  1. Unbelievable

Score sur Rotten Tomatoes : 98 %.

Si vous ne l’avez pas vu, regardez-le maintenant. Il raconte l’histoire vraie de deux flics (joués par Merritt Wever et Toni Collette) qui enquêtent sur des viols en série. L’article de journal qui a tout raconté a reçu le Prix Pulitzer. 

  1. Captive

Score sur Rotten Tomatoes : 99 %.

Cette coproduction avec un réseau canadien a donné à Netflix l’une de ses meilleures séries. Elle tourne autour du cas réel de Grace Marks, une domestique du milieu du XIXe siècle accusée d’avoir assassiné ses patrons. 

  1. The Confession Killer

Score sur Rotten Tomatoes : 100 %.

Parmi les meilleures mini-séries de Netflix, un autre vrai crime triomphe, celui de Henry Lee Lucas, un homme qui, dans les années 1980, a avoué environ 200 crimes à travers le pays. Pourrait-il vraiment les avoir tous commis ? 

  1. Le Jeu De La Dame

Score sur Rotten Tomatoes : 100 %.

Mais la meilleure des mini-séries de Netflix est Le Jeu de la dame, qui raconte l’histoire d’une jeune virtuose des échecs dans l’Amérique des années 1960, confrontée à ses fantômes personnels, et notamment à la dépendance.

Plus d'articles

Plus d'articles