Miou-Miou déballe tout sur le tournage des Valseuses : « tu vas lever sa jupe »…

Miou-Miou et le tournage controversé des Valseuses : Un demi-siècle plus tard

© Morning-femina.fr - Miou-Miou déballe tout sur le tournage des Valseuses : « tu vas lever sa jupe »…

Consulter Masquer le sommaire

Miou-Miou et le tournage controversé des Valseuses : Un demi-siècle plus tard

En 1974, « Les Valseuses » a marqué les esprits par son audace et son approche non conventionnelle, propulsant Miou-Miou, Gérard Depardieu et Patrick Dewaere sous les feux de la rampe.

Cinquante ans après, Miou-Miou se confie sur les hauts et les bas de cette expérience cinématographique, entre moments de liberté et situations dégradantes. Ce témoignage offre un éclairage sur l’évolution des mœurs dans le monde du cinéma, notamment en ce qui concerne le traitement des actrices.

À lire HPI (TF1) : la fin de la série ou le destin tragique de Morgane dans la saison 4? Voici la réponse du producteur Pierre Laugier

Les jours de gloire et de liberté sur le plateau

« Les Valseuses », sorti en 1974, n’est pas seulement un film ; c’est une empreinte indélébile laissée sur le cinéma français grâce à la performance spontanée et électrisante de son trio principal.

À seulement 25 ans, Miou-Miou, alors débutante, y incarnait un rôle complexe qui a exigé d’elle une grande vulnérabilité artistique. Aux côtés de Depardieu et Dewaere, elle s’est retrouvée plongée dans une atmosphère de camaraderie et de complicité, reflétant l’esprit insouciant et rebelle de leurs personnages.

Durant le tournage, les acteurs vivaient au rythme des personnages qu’ils interprétaient, mélangeant la réalité et la fiction de manière quasi indistincte.

Comme l’a raconté Miou-Miou dans une interview pour « Télé Magazine », cette fusion des personnalités à l’écran et hors caméra s’est manifestée dans diverses escapades, où le trio empruntait la voiture de production pour des aventures improvisées, au grand dam du réalisateur Bertrand Blier.

À lire Ici Tout Commence : les départs vont s’enchainer, un autre acteur historique quitte le feuilleton après Aurélie Pons

Cette époque, marquée par une quête de liberté et un certain nihilisme, était en parfaite résonance avec l’esprit post-soixante-huitard qui imprégnait la société française.

Ces moments de joie pure et d’insouciance professionnelle contrastaient toutefois avec d’autres aspects plus sombres du tournage, révélant les contradictions du milieu cinématographique de l’époque. Miou-Miou, bien que souvent au centre de scènes osées, partageait une alchimie indéniable avec ses co-stars, forgeant une dynamique qui transcenderait le simple cadre du film pour entrer dans la légende du cinéma.

Les controverses du tournage

Tout n’était cependant pas idyllique dans les coulisses des « Valseuses ». Miou-Miou a révélé lors d’une émission sur Europe 1 comment une demande particulière du réalisateur l’avait mise mal à l’aise, marquant un moment distinctement difficile du tournage.

L’actrice a été confrontée à une scène où elle devait, selon les instructions de Blier, lever sa jupe en bord de route, une directive qu’elle a ressentie comme humiliante. Ce type d’exigence illustre les tensions entre la vision artistique et le respect de l’intégrité des acteurs, une ligne souvent floue dans le contexte de l’époque.

À lire Demain nous appartient (TF1) : Patrick Guérineau donne des infos exclusives sur son retour et celui de la famille Curtis dans la série

Le film, malgré ou peut-être à cause de son audace, n’a pas manqué de susciter la controverse dès sa sortie. Accusé de vulgarité et de misogynie, il a été la cible de protestations féministes, certaines spectatrices allant jusqu’à manifester devant les cinémas.

Bertrand Blier lui-même, dans une interview ultérieure à « Première », a évoqué l’impact de ces réactions, qui ont continué à le poursuivre jusqu’à ses projets suivants.

Cependant, avec le recul, « Les Valseuses » se révèle être un témoignage du chemin parcouru en matière de droits des femmes, notamment dans le cinéma. Miou-Miou, en partageant son expérience, ne met pas seulement en lumière les défis de son époque mais souligne également l’évolution des sensibilités et des normes professionnelles. Ce dialogue entre le passé et le présent offre une perspective précieuse sur l’

Morning-femina.fr est édité de façon indépendante. Soutenez la rédaction en nous ajoutant dans vos favoris sur Google Actualités :