News : comment détecter les fake news ?

© Morning-femina.fr - News : comment détecter les fake news ?

Consulter Masquer le sommaire

Internet n’est pas toujours net, dit-on. Cela se justifie lorsqu’on considère la prépondérance des fausses informations qui circulent sur la toile. Dans ces conditions, il est difficile de reconnaître le vrai du faux. Mais il existe des astuces pour détecter les fake news.

Fake news

Repérer quelques indices textuels 

Généralement, il existe quelques indices qui permettent de se faire une idée sur la crédibilité et la fiabilité d’une information écrite. Ainsi, afin de s’assurer que le texte provient d’une source fiable ou de plusieurs sources concordantes, il faut remonter aux sources et recouper les informations. Il faut aussi rester attentif aux aspects suivants.

À lire Les 12 Coups De Midi (TF1) : le nouveau millionnaire Emilien ne souhaite rien offrir à sa compagne Jessica

Un titre trop ronflant

Dans la majorité des cas, les rédacteurs de fake cherchent à forcer la main aux internautes en mettant à l’armature de leurs textes des titres scandaleux. Evidemment, cela suscite l’intérêt des lecteurs qui s’empressent de cliquer. Qui ne voudrait être informé d’un scandale qui se produit dans son milieu ou quelque part sur le globe. 

Des photos licencieuses

D’un côté, licencieux signifie dépravé, libertin, dévergondé, qui s’affranchit loyalement et gaillardement des normes morales. Les images immorales accrochent l’attention de la jeunesse. En lien avec les titres scandaleux, elles sont mises en avant dans les publications irréalistes et irréelles pour pousser les internautes à cliquer. 

Vu sous un autre angle, la licence d’une photo désigne la permission que son auteur a accordée pour qu’elle soit réutilisée. Une photo licencieuse serait alors celle importée d’un autre site avec la permission du propriétaire. Il ne s’agit donc pas d’une photo originale tirée d’un événement qui vient de se produire. Les photos licencieuses sont plutôt bien anciennes et sont reprises par les « troubleurs d’info » pour donner une apparence de vérité aux informations fabriquées.  

Ainsi, pour reconnaître l’actualité et l’effectivité d’une information sur internet, il faut peut-être vérifier l’URL de l’image utilisée. Si l’adresse conduit à un autre site ou à un événement très ancien, la publication n’est donc pas fiable. 

À lire « J’ai vécu des moments extrêmement difficiles », Inès Vandamme (DALS) revient sur ces événements et arrête toutes ses activités pour l’instant

Vérifier la réputation de site de la publication

Une autre façon qui peut aider à débusquer les fake news, c’est de se renseigner sur la popularité du site qui a divulgué l’information. Tous les sites n’ont pas la même autorité et la même réputation. Alors que certains sont reconnus pour leur sérieux, d’autres sont classés comme douteux, ne colportant que des infos vraisemblables pour s’attirer du monde. 

Pour cela, il suffit de cliquer sur la page « à propos » ou « qui sommes-nous ? » pour avoir une idée de la ligne éditoriale du site. Et pour pousser plus loin l’enquête, il faudra essayer de trouver des avis sur le site en question, à travers des recherches sur Google ou d’autres moteurs.  

Prêter attention à l’adresse du site de la publication

Les sites parodiques sont légions. Leur existence s’inscrit dans une dynamique de simulation. C’est dire que certains éditeurs essaient de profiter de la renommée des sites d’autorité pour attirer les internautes en utilisant des URL très proches de ceux de ces sites respectés. Si https://vi.com est l’URL du site « Village de l’Information », https://vi.com.co est un site parodique

Morning-femina.fr est édité de façon indépendante. Soutenez la rédaction en nous ajoutant dans vos favoris sur Google Actualités :