Hugo Clément, furieux, remet à sa place cette députée qui voulait créer une polémique ridicule au sujet d’un golder retriever dans un train

Depuis la diffusion d'une photo d'un chien sans muselière dans un train SNCF, un vif débat oppose un journaliste et une ex-députée sur les réseaux sociaux, suscitant l'attention des internautes.

© Morning-femina.fr - Hugo Clément, furieux, remet à sa place cette députée qui voulait créer une polémique ridicule au sujet d’un golder retriever dans un train

Consulter Masquer le sommaire

Depuis quelques jours, un vif débat anime les réseaux sociaux suite à une altercation entre le journaliste Hugo Clément et l’ancienne députée Anne-Yvonne Le Dain concernant les règles de transport des chiens dans les trains de la SNCF. Cette querelle a éclaté après la publication par Anne-Yvonne Le Dain d’une photo d’un chien sans muselière dans un train, suscitant des réactions passionnées des deux côtés.

Une photo déclenche le débat

Tout a commencé lorsque Anne-Yvonne Le Dain a partagé une photo prise à bord d’un TGV, montrant un chien de grande taille tranquillement allongé dans le couloir du wagon, sans muselière. 

Dans son commentaire, l’ancienne députée a exprimé son mécontentement face à cette situation, rappelant que le règlement de la SNCF exige le port de la muselière pour les chiens lorsqu’ils voyagent en train. Elle a également mentionné avoir contacté le compte dédié aux voyageurs de la SNCF pour signaler cet écart.

À lire Fâchés depuis des années, Laurent Ruquier explique les raisons de sa brouille avec Laurent Gerra

En réaction à ce post, Hugo Clément est intervenu pour critiquer le comportement de l’ancienne élue, affirmant qu’il est illégal de prendre en photo une personne sans son consentement, surtout dans un lieu public comme un train. Le journaliste a également souligné que la discussion aurait dû se faire directement avec le propriétaire du chien, plutôt que sur les réseaux sociaux.

Réponse et contre-réponse

Face à la réponse d’Hugo Clément, Anne-Yvonne Le Dain a réaffirmé sa position, soutenant que le chien aurait dû porter une muselière, conformément aux règles en vigueur. Elle a également exprimé sa surprise quant au nombre de soutiens que le post du journaliste a reçu, suggérant qu’il cherchait peut-être à se faire de la publicité sur le dos des amis des animaux.

Cependant, Hugo Clément a insisté sur le fait qu’il avait contacté le propriétaire du chien, nommé Édouard, qui lui aurait affirmé que le chien, nommé Moogly, porte habituellement une muselière. Puis il ajoute « qu’il la met dès qu’un passager, ayant peur des chiens, se sent mal à l’aise ».

Le journaliste tacle l’ex-députée

Alors que Anne-Yvonne Le Dain exige le respect des règles, le militant écologiste a plaidé en faveur d’une application plus humaine des règles. Ce dernier met en garde contre les conséquences tragiques d’une application rigide, comme l’histoire du chat Neko écrasé par un train.H

À lire Banques : les frais bancaires vont faire un bond et encore augmenter. Voici comment faire face aux hausses successives de votre banque

De plus, Hugo a tenu a souligné que Édouard, le propriétaire du chien, affirme que l’ex-députée n’est jamais venue lui parler de ce qui la tracassait. Il affirme également qu’Anne-Yvonne Le Dain ne lui avait pas demandé la permission de le prendre en photo. 

Cette dispute entre Hugo Clément et Anne-Yvonne Le Dain met en lumière les tensions autour du transport des animaux dans les trains de la SNCF.

Au-delà de cette controverse, le débat soulève des questions plus larges sur la façon dont les règles doivent être appliquées dans les transports en commun. Faut-il appliquer les règles strictement, tel que le soutient l’ex-députée, ou doit-on adopter une approche plus flexible, en les adaptant à chaque situation particulière ?

Morning-femina.fr est édité de façon indépendante. Soutenez la rédaction en nous ajoutant dans vos favoris sur Google Actualités :