Danse Avec Les Stars (TF1): le message bouleversant de Chris Marques, un cri du cœur du danceur

Chris Marques interpelle sur l'identité nationale après le vote de la loi immigration

© Morning-femina.fr - Danse Avec Les Stars (TF1): le message bouleversant de Chris Marques, un cri du cœur du danceur

Consulter Masquer le sommaire

Chris Marques, le chorégraphe bien connu pour sa bonne humeur dans l’émission Danse avec les stars diffusée sur TF1, a récemment partagé un message percutant sur Instagram suite au vote de la loi sur l’immigration.

Dans ce message politique et émouvant, Chris Marques exprime son agacement face aux conséquences potentielles de cette législation sur l’identité des enfants d’immigrés nés en France.

Les états d’âme de Chris Marques

Chris Marques, le visage souriant de Danse avec les stars, a choisi Instagram pour déverser ses pensées après le vote de la Loi immigration. Le titre de son post, « je ne suis plus français », annonce d’emblée la gravité de son message.

À lire Danse avec les stars (TF1): la déception de Nico Capone à l’annonce du casting définitif, une fille l’intéressait particulièrement

Autant dire que le chorégraphe, d’origine portugaise par son père et espagnole par sa mère, se dit touché par le fait que ce texte remettrait en question son identité française, ainsi que celle des enfants d’immigrés en général.

Selon Chris confie, on donne les clefs à certains groupes qui nous diront un jour : ‘T’es pas français toi, t’as demandé les papiers… c’est pas pareil. » Il évoque le paradoxe de ne plus se sentir français en France, portugais au Portugal, ni même espagnol en Espagne. C’est étrange, toutefois, comme il le qualifie lui-même.

Un cri du cœur pour le droit du sol

Chris Marques poursuit son message en affirmant avec force son attachement à sa nationalité française, basée sur son lieu de naissance. Il estime qu’il ne devrait pas « avoir à demander de devenir Français ». Par conséquent, l’artiste termine son message en lançant un appel direct aux membres du gouvernement, sénateurs, députés, et membres du conseil constitutionnel :

« Mesdames et messieurs, ne touchez pas au droit du sol. Vous rendrez des enfants éternellement étrangers en instaurant une appartenance conditionnelle à leur propre nation. »

À lire Danse avec les stars (TF1) : « ça marche de dingue » Inès Reg explique comment elle a perdu 20 kilos. Voici son secret

Par ailleurs, la publication de Chris Marques intervient dans un contexte où de nombreuses personnalités expriment leur opposition à la loi sur l’immigration, jugée xénophobe par certains.

La réaction du chorégraphe, connu pour sa gentillesse envers les candidats de Danse avec les stars, souligne l’impact de cette législation sur des individus qui se sentent profondément liés à la France malgré leurs origines variées.

Au-delà de son propre cas, Chris Marques se positionne en porte-parole d’une cause plus large en défendant le maintien du droit du sol. Il met en garde contre les conséquences qui pourraient rendre certains enfants éternellement étrangers dans leur propre pays.

Il faut dire que l’appel de Chris témoigne de son engagement en faveur de l’inclusion et de la préservation des principes fondamentaux de la République.

À lire Danse avec les stars (TF1) : Nico Capone très touchés par les critiques qu’il a subies. Il évoque des « moments sombres » au lendemain du lancement de l’émission

Dans tous les cas, le message de Chris Marques invite à réfléchir profondément sur l’identité nationale, la diversité et l’impact des décisions politiques sur la vie quotidienne des citoyens. Sa démarche interpelle les décideurs politiques à reconsidérer les implications de la loi sur l’immigration, soulignant l’importance de préserver le droit du sol pour maintenir l’unité et l’égalité au sein de la nation française.

Enfin, la prise de position du chorégraphe résonne comme un cri du cœur en faveur de la cohésion sociale et de la reconnaissance de la diversité qui constitue la richesse de la France.

Morning-femina.fr est édité de façon indépendante. Soutenez la rédaction en nous ajoutant dans vos favoris sur Google Actualités :